Embajada en Francia

Cooperación Descentralizada Franco-Argentina

Promoción Comercial

Promoción Cultural

Derechοs Humanos

Acerca de esta Representación

Islas Malvinas

Cooperación Científica y Universitaria

Acuerdos bilaterales

DERNIÈRES NOUVELLES EN MATIÈRE DE DROITS DE L’HOMME EN ARGENTINE - OCTOBRE 2012

OCTOBRE 2012

 

* CONDAMNATIONS POUR LE MASSACRE DE TRELEW

Lundi dernier, le Tribunal fédéral de Comodoro Rivadavia a condamné trois accusés à la réclusion à vie dans le cadre du procès pour les faits connus comme le Massacre de Trelew survenus en 1972.

Le Tribunal a condamné à la réclusion à perpétuité Emilio Jorge Del Real, Carlos Amadeo Marandino et Luis Emilio Sosa et a acquitté Rubén Norberto Paccagnini et Jorge Enrique Bautista. Le procès, dirigé par les juges Enrique Jorge Guanziroli, Pedro José De Diego et Nora María Cabrera de Monella, a eu lieu dans le cadre de l'enquête sur les homicides aggravés et les tortures impliquant 19 victimes.

Il convient de rappeler que le 22 août 1972, sur la Base navale Almirante Zar de Trelew, 19 prisonniers politiques qui, 7 jours avant, s'étaient massivement échappé de la prison de Rawson, ont été fusillés. Six prisonniers ont réussi à prendre la fuite à bord d'un avion à destination du Chili, tandis que 19 autres sont restés au sol et ont été emmenés à la Base navale. Le 22 au petit matin, ils ont tous été fusillés ; 12 d'entre eux sont morts sur le coup tandis que 7 autres ont survécu.

 

* LES GRANDS-MÈRES ONT RÉCUPÉRÉ LA PETITE-FILLE Nº107

Au début du mois d octobre, les Grands-mères de la Place de Mai ont annoncé la restitution de l'identité de la petite-fille numéro 107, née le 11 octobre 1978 à la Maternité provinciale de Córdoba, alors que sa mère, María de las Mercedes Moreno, était en captivité. Son père, Carlos Héctor Oviedo, est décédé en 1979 pour des causes qui ne sont pas liées au terrorisme d'état. María de las Mercedes, libérée en 1979, se trouvait au siège des Grands-mères de la Place de Mai lors de l'annonce de la nouvelle.

À la demande de la jeune femme, son identité n'a pas été révélée. La présidente des Grands-mères de la Place de Mai s'est contentée de raconter qu elle avait été déclarée comme la fille légitime d'une responsable du Service social de la Casa Cuna à Córdoba et de son époux et que, lorsqu'elle avait été citée à comparaître devant la justice, la jeune femme avait volontairement accepté de se soumettre aux analyses ADN.

 

* L'ITALIE A REMIS DES ARCHIVES DÉCLASSÉES SUR LA DICTATURE

Le 3 octobre dernier, le Ministre des Affaires étrangères, Héctor Timerman, a reçu, au Palais San Martín, la Sous-secrétaire des Affaires étrangères de l Italie, Marta Dassú, qui lui a remis les archives diplomatiques et consulaires italiennes déclassées de la dernière dictature militaire argentine. Il s'agit, plus précisément, de 60 dossiers conservés dans les archives de l'Ambassade d'Italie à Buenos Aires et portant sur la disparition de 60 citoyens d origine italienne.

Le déclassement de ces documents a été effectué sur la base du Protocole d Accord signé par les deux pays le 1er juin 2011. Depuis, une Commission technique italo-argentine a travaillé pour mener à bien le processus de déclassement.

Des représentants des autorités nationales, des législateurs et des représentants du mouvement argentin des droits de l'homme, qui ont travaillé sans relâche pour atteindre la mémoire, la justice et la vérité pour les crimes commis pendant le terrorisme d'état, ont participé à la cérémonie. Martín Fresneda, Secrétaire des Droits de l'homme de la Nation, Vera Jarach, des Mères Ligne fondatrice, Estela de Carlotto, des Grands-mères de la Place de Mai, Lita Boitano, des Familles de Disparus, et Horacio Verbitsky, du CELS, étaient notamment présents.

La remise des archives de la part de l'Italie constitue une contribution au droit à la vérité et renforce le travail du Ministère des Affaires étrangères argentin dans la mise en oeuvre d'une politique d'état pour la défense des droits de l'homme, consolidée, en particulier, depuis 2003.

Ce qui a été obtenu avec l'Italie c'est une grande avancée qui permet de renouer les liens fraternels qui ont toujours unis les deux pays. Le déclassement des archives représente un grand pas qui non seulement démontre les valeurs démocratiques partagées par les deux pays mais aussi fournit de nouveaux moyens au pouvoir judiciaire pour continuer à avancer dans le processus de justice, sans précédent à l'échelle internationale, dans lequel s'est lancé notre pays.

 

* PROJET DE CONVENTION INTERAMÉRICAINE SUR LES PERSONNES ÂGÉES : RÉUNION D EXPERTS À BUENOS AIRES

Du 19 au 21 septembre, la réunion d experts pour la recherche de consensus sur la Convention Interaméricaine sur les droits de l'homme et les personnes âgées s'est tenue à Buenos Aires et a été couronnée de succès. L'objectif de la réunion était de consolider une vision commune spécialisée sur le texte du projet de convention afin de faciliter la négociation de ce dernier à l'OEA qui a débuté, il y a quelques jours, à Washington.

La réunion a été organisée par la Direction nationale des politiques des personnes âgées du Secrétariat de l enfance, de l'adolescence et de la famille du Ministère du Développement social, en coopération avec la Direction des droits de l'homme du Ministère des Affaires étrangères argentin.

Il convient de signaler que notre pays préside le Groupe de travail qui, au sein de l OEA, est en train de négocier une Convention Interaméricaine en la matière qui fera que la région sera aux avant-postes de la protection des droits de l homme de ce groupe vulnérable.

 

* VISITE DU PRÉSIDENT DE L'IRLANDE À L'ESMA

Dans le cadre de sa visite officielle en Argentine, le 13 octobre dernier, le Président de l'Irlande, Michael D. Higgins, a effectué une visite de l'Ex ESMA. À cette occasion, il a visité le Casino, l'installation Carta Abierta de Rodolfo Walsh et la chapelle Espacio Patrick Rice. Prêtre d'origine irlandaise, Patrick Rice, s'est fortement engagé vis-à-vis des droits de l'homme.

Pendant sa visite, outre l'inauguration d'une plaque commémorative, le Président de l'Irlande a prononcé un discours en présence du Sous-secrétaire du Culte du Ministère des Affaires étrangères argentin, Juan Landaburu, du Directeur de l'Ex ESMA, Carlos Pisoni, et de Fátima Rice, veuve du prêtre.

 

* EXAMEN DE L ARGENTINE DEVANT LE COMITÉ DES DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES

Les 19 et 20 septembre derniers a eu lieu le premier examen de l'Argentine devant le Comité pour les droits des personnes handicapées. La délégation de notre pays a été présidée par Mme Silvia Bersanelli, Directrice de l'Observatoire des handicaps de la Commission nationale de consultation pour l'intégration des personnes handicapées (CONADIS, dans ses sigles en espagnol) et par Mme Raquel Tiramonti, Présidente de la CONADIS. Elles étaient accompagnées de fonctionnaires du Ministère de la justice et des droits de l'homme, du Ministère de la santé et du Ministère de Relations Extérieures et du Culte.

Pendant la présentation de notre pays, Mme Bersanelli a souligné que, depuis la fin de la dernière dictature militaire en Argentine, un processus de renforcement des politiques des droits de l'homme a été lancé et a compris le traitement de la question des handicaps comme thématique liée aux droits de l homme. Ainsi, selon le dernier recensement, 12,9% de la population souffre d'un handicap en Argentine. À cet égard, depuis la ratification de la Convention en 2008, de nombreux efforts ont été réalisés en vue de sa mise en oeuvre.

Lors de l'examen, le rapporteur pour l'Argentine a mis en exergue certaines mesures législatives adoptées depuis 2009 dans notre pays qui ont eu un impact significatif sur l'exercice des droits fondamentaux des personnes handicapées.

 

* SÉMINAIRE DE RENFORCEMENT DE LA CIDH AU MEXIQUE

Les 13 et 14 septembre derniers a eu lieu, au Mexique, une réunion sur le renforcement du système interaméricain des droits de l'homme, organisée par la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), sous les auspices du gouvernement mexicain. Outre les organisations de la société civile, ont participé les délégations des pays suivants : l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, l'Équateur, le Salvador, les Etats-Unis, le Guatemala, le Honduras, Haïti, la Jamaïque, le Mexique, le Panama, le Pérou, le Paraguay, la République Dominicaine, le Suriname et le Venezuela. Pour représenter le Ministère des Affaires étrangères argentin, une délégation de haut niveau a été constituée avec les directeurs des organismes internationaux, des droits de l'homme et du contentieux international des droits de l'homme.

Cette réunion a permis de débattre de questions qui figurent parmi les priorités du processus de renforcement du Système interaméricain des droits de l'homme actuellement en cours au sein de l OEA.

 

* JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Le 10 octobre dernier a eu lieu la Journée mondiale contre la peine de mort. Eu égard au rôle actif de notre pays dans le domaine de l'abolition de la peine de mort, la Direction générale des droits de l homme a été invitée à participer, à l Alliance Française de Buenos Aires, à un panel sur cette thématique, conjointement organisé par la Délégation de l Union Européenne en Argentine et les Ambassades de France et d Espagne. Dans le cadre de cet événement, deux films portant sur cette thématique ont été projetés.

De même, il convient de souligner que l'Ambassade d Espagne en Argentine et la Mission permanente devant les organismes internationaux à Genève ont participé à des activités similaires liées à cette thématique et organisées ce même jour.

 

* LE MERCOSUR A ADOPTÉ DES PRINCIPES SUR LES SITES DE LA MÉMOIRE

La XXIIème Réunion des Hautes Autorités des droits de l'homme et des Ministres des Affaires étrangères du MERCOSUR (RAADDHH), qui a eu lieu du 3 au 6 septembre à Porto Alegre, a adopté un instrument qui contient 29 principes visant à orienter les politiques mises en oeuvre dans les différents pays de la région en matière de création, de préservation et de gestion des lieux où ont eu lieu des violations graves des droits de l'homme, où celles-ci ont été bravées ou combattues ou qui sont utilisés pour récupérer, repenser et transmettre des expériences traumatiques et/ou pour rendre hommage et apporter une réparation aux victimes.

Cet instrument a été créé par l Institut des politiques des droits de l'homme du MERCOSUR (IPPDH), sur la base du recensement des expériences, des débats et des normes relatifs aux droits de l' homme en vigueur. En l'adoptant, le MERCOSUR souhaite contribuer au processus d'intégration régionale à travers la promotion de politiques publiques encourageant la construction et l'approfondissement des mémoires et des identités communes.

Les principes découlent de l'obligation des États de disposer de mécanismes efficaces pour enquêter sur les auteurs de violations graves des droits de l'homme, les juger et les punir ainsi que de garantir les droits à la vérité, à la mémoire et à la réparation intégrale des victimes, de leurs familles et de la société dans son ensemble. À cet égard, les sites pour la mémoire peuvent apporter des informations précieuses pour faire le jour sur ces violations et servir de preuves dans les procédures judiciaires en cours ou à venir liées à ces faits. Ainsi, ces espaces constituent des outils adaptés pour construire des mémoires liées aux crimes d État commis dans le passé pour apporter une réparation symbolique aux victimes et pour fournir des garanties à la société afin que ces faits ne se répètent pas.

 

* EXPOSITION « ELLOS QUIEREN CONTARNOS » (ILS VEULENT NOUS RACONTER)

Du 1er au 8 octobre derniers, a eu lieu l exposition « Ellos quieren contarnos », à Paris, à Madrid et à Barcelone. Cette activité a été coordonnée par le Ministère de Relations Extérieures et du Culte, le Secrétariat de la Culture de la Nation et les Mères de la Place de Mai Ligne fondatrice.

L'exposition réunit des affiches réalisées par des familles de prisonniers disparus qui, à travers des photos, des lettres, des poèmes et des carnets de note, parmi d autres souvenirs, pour reconstruire la vie et la militance de près de 30 000 disparus en Argentine pendant la dernière dictature militaire. L'objectif de cette exposition est de tenter de récupérer l'identité et la présence, l'image et la parole des hommes et des femmes victimes du terrorisme d État.

 

* CONFÉRENCE D'ESTELA DE CARLOTTO À SAO PAULO

Le 15 septembre dernier, Estela de Carlotto, Présidente des Grands-mères de la Place de Mai, a donné une conférence au Mémorial de la Résistance de Sao Paulo qui a ensuite été suivie de la projection du film intitulé «Verdades Verdaderas. La vida de Estela» (Vérités vraies. La Vie d'Estela). La conférence a eu lieu dans le cadre du Cycle de cinéma de résistance dont l'objectif est d'utiliser le potentiel des événements cinématographiques pour aborder et faire connaître les questions liées à la répression, à la résistance politique et aux droits de l homme.

Au cours de sa présentation, Estela de Carlotto était accompagnée de la Secrétaire de la justice et de la défense de la citoyenneté de l'État de Sao Paulo, Mme Eloísa de Souza Arruda et du Directeur de l'organisation « Núcleo de Preservación de la Memoria Política » (Centre de préservation de la mémoire politique), Maurice Politi. À la fin de son discours, Estela de Carlotto a reçu un standing ovation de la part du public, bouleversé par son récit.

 

* PROJECTION DE «EL CLAVEL NEGRO» EN HOMMAGE À EDELSTAM

Le 17 septembre dernier, le film intitulé « El Clavel Negro » a été projeté dans l'Auditorium Manuel Belgrano au Ministère des Affaires étrangères. Ce film raconte l'histoire d Harald Edelstam, un diplomate suédois qui a sauvé la vie de nombreux citoyens chiliens persécutés par la dictature chilienne après le Coup d'État de 1973. L'événement a été organisé par le Ministère des Affaires étrangères, en coopération avec l'Ambassade de Suède à Buenos Aires.

 

* TRAVAIL DE L'ÉQUIPE D ANTHROPOLOGIE ET DE MÉDECINE LÉGALE AU VIÊTNAM

Dans le cadre d une initiative du Ministère des Affaires étrangères argentin, l'Équipe d anthropologie et de médecine légale argentine travaille dans plusieurs pays, dont le Viêtnam où elle a la tâche délicate d identifier les morts de la guerre dans ce pays. L'Équipe d'anthropologie et de médecine légale, dirigée par Luis Fondebrider, a commencé à former 60 médecins légistes pour mener ce travail et commencer à identifier les corps. On estime qu il reste 500 000 corps à identifier des suites de la guerre.

 

 

(SOURCE: DIRECTION GÉNÉRALE DES DROITS DE L’HOMME DU MINISTÈRE DES RELATIONS EXTÉRIEURES ET DU CULTE DE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE)

 

- Retour -

 

Fondo argentino de cooperación sur-sur y triangular