Embassy in France

À propos de cette Représentation

Affaires Culturelles

Coopération Décentralisée Franco-Argentine

Coopération Scientifique et Universitaire

Droits de l'Homme

Iles Malouines

Promotion Commerciale

Promotion d'Investissements

10 Juin : Journée de la réaffirmation des droits argentins sur les Îles Malouines, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud ainsi que sur les espaces maritimes environnants

Ce 10 juin 2020 le Gouvernement ainsi que le peuple de la République argentine commémorent le 191ème anniversaire de la création du Commandement politique et militaire des îles Malouines et les îles adjacentes au cap Horn par le Gouvernement de la province de Buenos Aires.

Depuis le début de son processus d'émancipation, en tant qu'héritière des territoires espagnols de l'Atlantique Sud, l'Argentine a exercé en permanence ses droits sur ces îles. Dans ce sens, elle a procédé à l'adoption des règles et à l'établissement des structures juridiques et administratives consolidant le plein exercice de sa souveraineté, ce qui inclus la promotion du développement d'activités commerciales et l'établissement de la population. Un évènement marquant de l'histoire de la souveraineté argentine sur les îles de l'Atlantiques Sud a été le premier hissage du drapeau argentin sur les îles Malouines, dont le bicentenaire sera commémoré le prochain 6 novembre. En 1829, l'achèvement de ce processus s'est traduit par la création de la structure du gouvernement que nous commémorons ce jour, à la tête de laquelle a été désigné M. Luis Vernet.

Toutefois, le 3 janvier 1833, cet exercice effectif de la souveraineté s'est vu interrompu par un acte illégal du Royaume-Uni, qui a chassé par la force les habitants ainsi que les autorités argentines des îles Malouines. Cette usurpation a ainsi porté atteinte à l'intégrité territoriale de la Patrie, une situation qu'aucun gouvernement argentin n'a jamais consenti au long de plus de 187 ans d'histoire.

Depuis lors, il subsiste un différend sur la souveraineté entre la République Argentine et le Royaume-Uni, reconnu par l'Assemblée générale des Nations Unies en vertu de la résolution 2065 (XX). Conformément à cette résolution, depuis 1966 et pendant 16 années, les deux pays ont conduit des négociations visant à parvenir à une solution au conflit de souveraineté. Malgré les innombrables invitations de l'Argentine et des Nations Unies, le Royaume-Uni a refusé systématiquement de reprendre les négociations de souveraineté.

Le besoin de reprendre les négociations bilatérales dans les plus brefs délais a été réitéré par 10 résolutions de l'Assemblée Générale et 37 résolutions du Comité spécial de la décolonisation de l'ONU, et la communauté internationale dans de nombreuses déclarations des forums multilatéraux, tels que l'OEA, le G77 plus la Chine, le Sommet ibéro-américain, la CELAC, le MERCOSUR, le PARLASUR, le Sommet Amérique du Sud-Afrique (ASA) et le Sommet Amérique du Sud-Pays Arabes (ASPA).

La récupération du plein exercice de notre souveraineté sur les territoires des îles et les espaces maritimes occupés, tout en respectant le mode de vie de leurs habitants et conformément au droit international, constitue un objectif permanent et irrévocable de tous les argentins, tel qu'établi par la première Clause transitoire de la Constitution nationale argentine.

Dans ce sens, lors de son discours d'investiture devant le Congrès, le Président Alberto Fernández a souligné que «il n'y a plus de place pour le colonialisme au XXIème siècle », et il a affirmé que la seule voie que connaît la démocratie argentine pour revendiquer son droit est celle de la diplomatie et de la paix.

Le Gouvernement de la République argentine s'emploie au dessin et implémentation de politiques d'État visant à atteindre cet objectif permanent et inaliénable du peuple argentin. Ces actions doivent être orientées à moyen et long terme afin qu'elles puissent perdurer au-delà des changements de gouvernements et mieux servir aux intérêts permanents de la Patrie, dans le riche cadre de la pluralité qui caractérise notre démocratie. A cet effet, le Gouvernement argentin continue à travailler afin de consolider le soutien de la communauté internationale à la Question des îles Malouines et de défendre de manière inébranlable ses droits souverains sur l'Atlantique Sud. Les activités illégitimes d'exploration et exploitation des ressources naturelles et la disproportionnée et injustifiée présence militaire britannique dans l'Atlantique Sud sont des actes contraires à la résolution 31/49 de l'Assemblée Générale des Nations Unies, laquelle fait appel aux deux parties pour qu'elles s'abstiennent de prendre des décisions impliquant le recours à des modifications unilatérales de la situation pendant que le conflit de souveraineté reste irrésolu.

Les actions visant à affirmer les droits de l'Argentine sur les archipels de l'Atlantique Sud et les espaces maritimes environnants reposent sur la conviction sincère et profonde qu'elles doivent être menées pacifiquement, tout en empêchant la militarisation de l'Atlantique Sud et en respectant les valeurs humanitaires universelles.

La République argentine réaffirme encore une fois son droit inaliénable sur les îles Malouines, Géorgies du Sud et Sandwich du Sud ainsi que sur les espaces maritimes environnants et sa pleine disposition à reprendre dans les plus brefs délais les négociations de souveraineté avec le Royaume-Uni dans le but de trouver une solution définitive à cette situation coloniale.

Buenos Aires, le 10 juin 2020.